Interview | Entretien avec Muller Fabrice (USOE) à la veille du match capital face à Hombourg Haut

Muller Fabrice a décidé de raccrocher les crampons afin de remplir sa mission depuis le banc de touche - Photo NAF

A la veille du match capital opposant l’US Oberlauterbach/Eberbach (5e, -2m) à Hombourg-Haut (1er, -1m), l’entraîneur emblématique du club Fabrice Muller, nous a accordé un entretien afin de faire le point sur la saison en cours. Celui qui va fêter ses 15 ans comme entraîneur principal l’été prochain a décidé de remplir sa mission depuis le banc de touche dorénavant, et non plus en prenant place en défense centrale sur le terrain. Ce changement de perspective, ses ambitions pour la suite de la saison, le jeu léché et offensif de son équipe, la famille et les émotions que procurent le football, il aura été question de tout cela dans cet interview.

Fabrice, tirons un bilan sur cette 1ère partie de saison… Es-tu satisfait de ce début de saison ?

Je suis effectivement globalement satisfait de cette (presque) première moitié de championnat, avec néanmoins des regrets sur nos 2 défaites, les matchs de Drusenheim et Seltz, où nous sommes passés au travers, sans trouver les solutions que nous avons pourtant dans notre bagage technique et tactique. Mais je suis content de l’état d’esprit du groupe, du mix entre jeunes issus de la formation, et joueurs plus expérimentés, que ce soit sur ou en dehors du terrain. Cela laisse augurer un bel avenir si nous restons ensemble et continuons à travailler avec sérieux et détermination.

Quel est ton état d’esprit à la veille de ce match de reprise contre l’équipe de Hombourg, leader invaincu dans le groupe F de Régional 2? Dans quel état se trouvent tes troupes avant ce choc?

La reprise après la trêve hivernale est toujours un peu compliquée. Avec les vacances, les malades (Covid ou autre), les matchs en retard refixés parfois très tôt, on arrive rarement à mettre en place la préparation idéale, et on s’interroge toujours un peu sur notre état de forme individuel et collectif ainsi que sur celui de nos premiers adversaires… J’ai néanmoins été agréablement surpris par notre performance de ce dimanche dans notre match de préparation contre Scheibenhard. Mais nous savons tous que ce sera encore bien plus compliqué contre cette équipe de Hombourg, qui fait figure d’épouvantail dans ce groupe de Régional 2, avec un effectif qui n’a absolument rien à envier à de nombreuses équipes de R1. Comme d’habitude, nous donnerons notre maximum avec pour objectif de gagner, même si les pronostics sont plutôt en faveur de nos adversaires au vu de leur impressionnant bilan.

En 4 semaines, du 6 février au 5 mars, vous allez jouer contre les équipes qui occupent actuellement les 3 premières places du classement de notre poule de Régional 2, Hombourg (1er) le 6 février, Drulingen (2ème) le 12 février et pour finir Reipertswiller (3ème) le 5 mars… Quelles ambitions pouvons-nous légitimement prétendre pour cette phase cruciale à venir? Sommes-nous clairement à un tournant décisif de la saison 2021-2022 ?

En effet, on entre rapidement dans le vif du sujet. Ces 3 premiers matchs vont déterminer le rôle qu’on pourra espérer jouer par la suite : ou se mêler à la lutte du haut de tableau, ou batailler pour les places d’honneur. Par rapport à cela, je pense que ces 3 matchs représentent effectivement un tournant. Nous sommes capables de battre les meilleurs mais aussi de perdre contre des équipes de bas de classement. Nous devons encore être plus réguliers dans nos performances… Et même si Hombourg se présente comme le grandissime favori pour la première place, nous ferons tout pour rester le plus longtemps possible, le plus haut possible dans le classement.

Lors de l’interview réalisée au printemps 2020, nous t’avions demandé de nous expliquer le style de jeu de « Fabrice Muller », de parler de ta philosophie de jeu…Ta réponse avait été sans équivoque : « Gagner peu importe le style ! » Cette saison ton équipe gagne des matchs en proposant un jeu léché et offensif, un régal pour nos supporters. Avec 26 buts marqués en 9 matchs, soit une moyenne de 3 buts par rencontre, on peut affirmer que l’équipe est résolument tournée vers l’offensive et que tu as trouvé la formule pour « gagner avec style ! ». En même temps, tes joueurs n’ont encaissé que 12 buts ce qui fait que nous avons la 2ème meilleure défense de notre groupe en R2. Comment as-tu fait pour trouver ce subtil équilibre ?

C’était le principal problème à résoudre durant la préparation de cet été : nous avions beaucoup le ballon, allions vers l’avant mais concédions bien trop de buts et de situations dangereuses. C’est aussi le profil des joueurs que j’alignais qui voulait ça : beaucoup de profils offensifs… Ce n’est pas forcément moi qui l’ai fait, mais les joueurs et moi. Nous nous sommes tous rendus compte de ce problème et avons mis les bouchées doubles sur le travail défensif et notamment sur la transition défensive. L’intelligence des joueurs et leur volonté est également pour beaucoup dans cette bonne première partie de saison et rend ma tâche d’entraîneur d’autant plus plaisante. Mais 12 buts encaissés, c’est encore trop à mon goût. Il faut donc continuer à travailler pour encore s’améliorer sur l’efficacité défensive.

Sur le front offensif justement, c’est avec un réel plaisir que nous avons suivi le retour sur le terrain d’un joueur emblématique du club, ton frère Olivier Muller après 14 mois d’arrêt forcé suite à une blessure. Il a signé son retour en équipe fanion contre Scheibenhard en Coupe Grand Est, et il a montré au fil des matchs qu’il n’avait rien perdu de ses qualités. Qu’as-tu ressenti lorsque tu lui as demandé d’enlever son chasuble afin de le faire entrer sur le terrain ce jour-là ? Est-ce une émotion particulière lorsqu’il s’agit de son frère ?

Ce n’est pas vraiment de l’émotion que je ressens, mais plutôt de l’admiration. A 37 ans, après 14 mois d’arrêt, revenir sur le terrain et surtout à ce niveau de performance est absolument extraordinaire. Mais je l’en savais capable, il a la volonté et sait se faire « mal » : il fait partie de ces joueurs qui sont toujours présents à l’entrainement, qu’il fasse 35° ou -15, qu’il neige, pleuve ou vente… A ce sujet, Anthony Perriot m’avait dit en arrivant au club qu’il regrettait de ne pas avoir pu jouer avec Olivier ; je lui ai répondu de ne pas s’inquiéter, qu’il jouerait encore avec lui. Et aujourd’hui il est de retour, ce qui est bon pour tout le monde : pour lui, pour l’équipe, le groupe et pour les jeunes qui ont à apprendre de lui.

Fabrice, tu vas fêter tes 15 ans comme entraîneur principal de l’USOE l’été prochain (2007-2022), une longévité rare à ce poste dans le football. Qu’est-ce que tu te souhaites comme cadeau pour ton anniversaire ? Une montée en R1 à la fin de la saison ? Une victoire en coupe du Grand Est (l’USOE est qualifié pour le 6ème tour) ? 

Une montée en R1 serait évidemment formidable mais comme dit plus haut, Hombourg va être difficile à déloger de la première place. Nous ferons néanmoins tout pour les embêter… La Coupe Grand Est, c’est généralement la compétition à laquelle on accorde le moins d’importance mais je dois avouer qu’au fur et à mesure de passer les tours, on commence à y prendre goût. La coupe du Crédit Mutuel est également un réel objectif (pour Jonathan Renckert surtout). Elle est populaire au niveau local et c’est toujours un plaisir de jouer de beaux derbys, mais les prétendants sont nombreux… Non, le cadeau que je souhaiterais avoir, c’est de pouvoir continuer à travailler avec ce groupe la saison prochaine. Que ce soit les jeunes, les anciens du club, les joueurs qui nous ont rejoint et qui se sont parfaitement intégrés, tous rendent mon travail d’entraîneur si plaisant et motivant. Il y en a néanmoins un qui nous manque à chaque entrainement, à chaque match : notre pote Hugo. On pense toujours fort à lui et malgré tout, il reste avec nous, et nous aide à nous surpasser pour atteindre nos nombreux objectifs.

Propos recueillis par Kahl Arnaud (USOE)

Soyez le premier à commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.