Vie des clubs | Interviews croisés de Weber Joris et Albenesius Corentin, tour à tour capitaines de l’entente EVAN

Joris Weber (à gauche) et Corentin Albenesius (à droite), tour à tour capitaines de l'entente EVAN

Tour à tour intronisés chefs de rang de l’entente EVAN, Joris Weber et Corentin Albenesius, joueurs emblématiques de cette « génération 2001 », se sont livrés à un interview croisé au sujet de l’épopée de cette génération ayant tout gagné (ou presque). Retrouvez cet entretien réalisé par Kahl Arnaud en partenariat avec Nord Alsace Foot.

Weber Joris & Albenesius Corentin | Le commencement de leur jeune carrière

Weber Joris a débuté le football à 4 ans et demi et comme Corentin Albenesius a un an de moins que lui, ce dernier a commencé à jouer pour le club un an plus tard. « A cet âge-là, nous marquions tous les deux beaucoup de buts », commente Weber Joris. Les deux profils ne semblaient pas dégager de différences jusqu’en U11, Weber Joris finissant par évoluer en défense alors que Corentin Albenesius demeurait actif sur le front de l’attaque.

Semblant donc faire l’unanimité à son poste d’attaquant, Corentin Albenesius se souvient de ses premiers matchs, il devait avoir 5 ou 6 ans, il dribblait tous les joueurs avec comme seul but d’emmener le ballon jusqu’au fond des filets adverses. « Je ne frappais pas au but mais je passais entre les poteaux avec la balle », ajoute-t-il. Même s’il n’a pas beaucoup joué avec Joris Weber chez les Pitchounes, il se vante tout de même d’avoir marqué plus de buts que lui dans cette section.

Weber Joris & Albenesius Corentin | Les deux capitaines aux antipodes sur le terrain

Weber Joris a commencé à faire définitivement son nid en défense à partir des U13 et sa taille à l’époque n’y était pas pour rien. Ayant grandi plus vite que ses coéquipiers, cet avantage lui permit de tenir la baraque en défense. La fougue de la jeunesse lui aurait aussi permit de jouer à n’importe quel poste sur le terrain, du moment qu’il pouvait évoluer avec les copains et profiter de chaque moment avec eux.

« Etre défenseur central, c’est être à la base de la construction du jeu. Etre incontournable sur le terrain, c’est ce qui me plait à ce poste […] L’origine d’une victoire passe par ne pas prendre de but… Si l’équipe adverse ne parvient pas à marquer, le match ne peut pas être perdu… »

De son côté, Corentin Albenesius a toujours voulu être attaquant. « Etant petit, quand je regardais des matchs à la télévision, je voyais que les joueurs qu’on applaudissait étaient les attaquants », se souvient-il. Voulant lui aussi un jour avoir l’occasion de communier avec le public, ce poste d’attaquant était finalement fait pour lui. « Pour moi, être en face d’un défenseur et le provoquer balle au pied, c’est un jeu que j’adore », poursuit-il.

« Aller au duel, éliminer des défenseurs en les dribblant et marquer un but derrière… J’aime vraiment ça! »

Weber Joris & Albenesius Corentin | Leurs sentiments au sujet de Valentin Beill

Weber Joris est le premier à s’exprimer au sujet de son entraîneur Valentin Beill. « Valentin est fan du Barça, il a donc toujours voulu que nous développions du beau jeu, un beau football », commente-t-il à son sujet. Il leur a transmis cette rage de vaincre et cette soif de victoire, et ce, à chacune de leurs sorties.

« Grâce à ses conseils et à sa présence à nos côtés, nous avons tous beaucoup progressé… Valentin étant proche de nous, à l’écoute et échangeait en permanence dès que le moment était opportun. Il aime faire la fête tout comme nous, ce qui aide énormément pour la cohésion du groupe »

Corentin Albenesius lui emboîte le pas en encensant Valentin Beil, ce dernier le décrivant comme étant un excellent éducateur avec lequel il aura beaucoup appris, autant sur le point de vue footballistique que sur le point de vue humain. « C’est une personne hors du commun, un amoureux du football qui nous aura transmis tout son savoir-faire… C’est ce qui nous a permis d’être champions du Bas-Rhin et d’Alsace de nombreuses fois. Il était comme un père pour nous… », poursuit-il.

« Valentin m’a toujours fait confiance et il encourageait ses joueurs dans tout ce qu’ils entreprenaient. Il avait ces moments où il était hyper sérieux avant les matchs par exemple, et après les rencontres il se relâchait pour faire la fête avec nous. »

Weber Joris & Albenesius Corentin | Leurs sentiments au sujet du duo Beill/Schell

D’un côté, Weber Joris pense que le duo se complète plutôt bien. Ils mettaient une équipe en place et ils faisaient en sorte que le cohésion de groupe soit au rendez-vous et cette bonne humeur qui animait le groupe les rendait encore plus performants sur le terrain.

« Ils ont réussi à garder le « coeur » de l’équipe, c’est-à-dire les mêmes joueurs sur cette longue période et nous nous connaissions parfaitement bien ! Cette continuité nous a rendu plus fort encore… Laurent était très à l’écoute lui aussi et nous échangions aussi beaucoup avec lui. »

D’un autre côté, Albenesius Corentin appuie son compère en nous confiant que le duo se complétait à merveille, surtout lors des matchs. Sur le banc, il y avait la raison et la passion, avec d’une part Schell Laurent décrit comme une force tranquille et d’autre part Beill Valentin avec un fort caractère saupoudré d’un côté sanguin.

« Laurent était toujours à nos côtés, et lors de la sortie des vestiaires ou après les matchs, ils venaient nous souffler des mots d’encouragements à l’oreille, des conseils pour la suite, des mots réconfortants quand cela ne se passait pas comme prévu. Oui je confirme qu’ils ont constitué un super duo ! »

Weber Joris & Albenesius Corentin | Leur promotion au grade de Capitaine

D’une part, Weber Joris pense avoir été désigné capitaine car il était le plus ancien de l’équipe avec Hugo Beill, les deux compères ayant débuté ensemble en Pitchounes pour l’équivalent de quatorze saisons passés à jouer ensemble.

« Le brassard représentait beaucoup pour moi, il me poussait à motiver sans cesse mes coéquipiers et à transmettre les consignes des entraîneurs sur le terrain. »

D’autre part, Albenesius Corentin se pose encore la question aujourd’hui quant à ses désignations en tant que capitaine… Pourquoi a-t-il été nommé capitaine? Il a sa petite idée… Il parlait beaucoup avec les arbitres et le fait de porter le brassard lui permettait de prendre moins de cartons… Il pense que cela devait arranger les entraîneurs et tous ses coéquipiers (rires). Après, Il a toujours voulu être capitaine et il l’avait déjà été auparavant en U13 et en U15.

« Le brassard a toujours représenté beaucoup pour moi et c’est une grande responsabilité de le porter. Il faut sans cesse motiver et guider ses troupes et avoir un tempérament de leader. Il ne doit jamais abandonner ses coéquipiers et même si le match tourne mal, même si l’équipe est menée de plusieurs buts, c’est à lui de montrer l’exemple sur le terrain ! Cela aura été une vraie satisfaction et une fierté d’avoir pu être le capitaine de cette équipe. A l’image de notre rôle sur le terrain, Joris et moi étions aussi les leaders des fêtes d’après-matchs, de nos 3ème mi-temps… »

Weber Joris & Albenesius Corentin | Leurs souvenirs marquants

C’est sans hésiter que Weber Joris nous répond que toutes les montées en division supérieure qu’ils ont réussi avec l’équipe depuis qu’ils jouent ensemble en U13 et tous leurs titres de Champion du Bas-Rhin et d’Alsace le marquera à tout jamais. Mais il se souviendra aussi des nombreux matchs renversants, où ils perdaient pour finir par égaliser puis par remporter la rencontre.

D’un autre côté, Albenesius Corentin retiendra les victoires lors de leurs nombreux derbys (contre Seltz par exemple), le fait de jouer régulièrement devant des centaines de spectateurs, leurs victoires lors des finales régionales, leurs fêtes et leurs soirées communes… Tous ces moments resteront à jamais gravés en lui!

Weber Joris & Albenesius Corentin | Leur avis sur l’ambiance au sein du groupe

« L’ambiance au sein du groupe était très bonne. Nous organisions souvent des soirées après nos rencontres afin de passer du temps ensemble en-dehors du terrain, et cela a grandement contribué à développer la cohésion entre nous. Nous sommes surtout une bande de potes qui se voit régulièrement à l’école, à des anniversaires ou à des fêtes…Peu importe la suite et le club dans lequel évoluera chacun d’entre nous, nous continuerons à nous voir et à rester en contact. », nous confie Weber Joris.

« Ce qui a fait la force de ce groupe des U19 c’est avant tout la formidable ambiance et la cohésion qui régnait entre nous. Nous nous connaissons pour la plupart depuis plus de 10 années et nous passons beaucoup de temps ensemble en dehors du football. Les samedis soirs les trois quart du groupe faisaient la fête ensemble, lors de soirées après les matchs, en discothèque etc…tout cela nous a liés à vie! », conclut Albenesius Corentin.

Weber Joris Vs Albenesius Corentin | Leurs anecdotes

« Je me souviens des consignes que nous avions données à Corentin lors de la rencontre qui précédait notre match contre Rischwiller…Il avait déjà pris 2 cartons jaunes lors des matchs précédents et il était sous la menace d’une suspension en cas d’avertissement supplémentaire ce jour-là. Le match suivant contre Rischwiller était décisif dans la course au titre et la présence de Corentin sur le terrain devait être assurée car il nous marquait beaucoup de buts. Dans les vestiaires nous lui avions tous dit (joueurs et entraineurs) qu’il fallait absolument qu’il fasse attention aujourd’hui et qu’il ne discute pas avec l’arbitre. Résultat : Quelques minutes après le coup d’envoi il s’est mis à discuter avec l’arbitre pour se faire sortir 10 minutes dans la foulée par l’homme en jaune. Cette exclusion temporaire est une sanction disciplinaire qui équivaut à un…carton jaune ! Cela nous avait tous bien énervés car il venait de sanctionner toute l’équipe par ce comportement alors que nous l’avions tous prévenu… Ce jour-là Corentin n’avait pas bien écouté les consignes et les conseils que nous lui avions donnés dans les vestiaires avant le match… », se souvient Weber Joris.

« Je me rappelle d’un match en championnat où nous avions affronté une équipe mal classée et assez faible. Ce jour-là Joris nous avait dit avant le match : « Aujourd’hui je gère les gars…tranquille…pas de soucis vous pouvez me ramener un transat, ça va être facile ! » (rires)… La rencontre a débuté et après quelques minutes Joris avait déjà commis deux boulettes ! Je peux te dire qu’à la fin du match nous avons bien « chargé » notre Joris (rires)… Heureusement que nous ne nous étions pas pris de but sur ces deux erreurs sinon… », réplique Albenesius Corentin.

Weber Joris & Albenesius Corentin | Leur avenir au sein des effectifs seniors

« J’aborde cette nouvelle phase dans un bon état d’esprit. J’ai lu les interviews de Fabrice Muller et Grégory Fritz entre autres et je sais que les seniors comptent sur nous pour la saison à venir, ils sont contents qu’il y ait autant de jeunes qui arrivent. Pour ma part je me sens prêt et motivé à relever ce défi. Je suis heureux de pouvoir être au contact de tous ces grands joueurs qui ont déjà remporté de nombreux titres pour le club, heureux aussi de pouvoir franchir ce pas avec de nombreux coéquipiers des U19, car nous ne serons pas moins de 7 à intégrer les effectifs seniors. Ainsi nous pourrons continuer notre chemin ensemble en continuant à progresser avec des joueurs plus âgés et plus expérimentés. Des joueurs comme Olivier et Fabrice Muller ont vécu beaucoup de choses et nous avons énormément à apprendre d’eux. », conclut Weber Joris.

Quant à Corentin Albenesius, il se dit prêt à relever le défi même s’il fait partie de ces joueurs qui n’ont pas beaucoup de patience, il aura toujours envie d’aller au combat et de participer à tous les matchs…

Itw dirigé par Arnaud Kahl en partenariat avec Nord Alsace Foot



Soyez le premier à commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.